WikITyPA : un wiki ITyPAien

Vous êtes ici -> TicEthique
PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 54.162.139.105
SOMMAIRE
INSCRIPTION WIKI

ItyPA3 :

Octobre 2014

SITE OFFICIEL :

ITyPA Saison 3


MoocITyPA ?


GroupeCOCOO


CollegeNumerique


EcoleDynamique


EcoLearning


PedagogieActive


SmoocPasAPas


TransiMOOC


Idec2005 EuDEC


TicMOOC 2014


MoocAECM


MoocAZ


ClomREL2014


SocieteContributive


RapportCnNum2014



Répertoire d' OUTILS 2.0

CapITyPA Saison 1


ItypaD
CmoocItypa
PearltreesItypa
ItypaSeancesVideos
TableauGoogleDocs
VideosHangOutRudulier
QuestionnaireCompetences
PageFacebook
ItypaCapitalisation
ApresITyPA
DomaineMoocFr


OutilsLogiciels

MoocGdP


MoocReSOP


ApprenanceHumaniste


OpenSim



GLOSSAIRE Mots barbares :
Accès glossaire original
(Achevé 21/12/12)
LES MOTS BARBARES
( GOOGLE DOCS)
Devenu CapITyPA

Agrégateur de Flux
A.P.I
Apprenant
Apprenaute
ATOM

...

Compétence

...


BernardStiegler LogicielLibre LicenceLibre? WikiPedia? EconomieContributive PhilippeVanParijs

TIC , "Ethique" et Politique


Comment relier plus solidement et plus explicitement certains OUTILS ( notamment "TIC" ) à certaines FINALITÉS ÉTHIQUES ET POLITIQUES de telle façon que ce type d' "outils-objectifs" soient moins "neutres" au niveau des FINALITÉS visées et moins facilement détournables au service de finalités totalement opposées ?



Une question de fond que sans doute beaucoup se posent, mais :

- soit ne veulent pas creuser ( parce que ce flou les arrange ... parce que cela permet de continuer à "développer des outils" et à les vendre sans avoir à se demander à quoi et à qui ils peuvent servir ),
- soit ne voient pas comment la poser en des termes suffisamment "concrets" pour pouvoir donner prise à des décisions et des choix personnels.
- soit considèrent comme résolue ... parce qu'ils sont convaincus qu'il SUFFIT de participer au développement ou au "progrès" des "outils", des "moyens", de l' "efficacité technique" et des savoir-faire techniques, pour qu' en même temps les FINALITÉS ÉTHIQUES ET POLITIQUES progressent en même temps dans le sens qu'ils souhaiteraient. Dans ce cas, suivant les orientations idéologiques, les arguments peuvent être totalement opposés :

  • du point de vue ultra-libéral capitaliste : en insistant sur la "neutralité" des outils, des méthodes et des "compétences", on évitera au maximum que les producteurs et consommateurs de base se posent trop de questions critiques sur la société, et on pourra plus facilement les maintenir sous la dépendance d'un tel environnement technique perpétuellement renouvelé, qui met la plupart des gens soumis dans une situation de sentiment d' incompétence, à courir après des "formations" de toutes sortes qui ne changent rien, au contraire, à la situation de domination et de dépendance soumise à un ordre du monde défini et piloté par une petite oligarchie qui voit globalement son pouvoir économique, social, culturel, politique croître et de plus en plus "garanti" par la mainmise sur les principaux ressorts économiques, techniques et idéologiques de la société

  • du point de vue de la tradition républicaine des "Lumières", la croyance toujours encore ancrée chez certains, que le progrès des connaissances et des techniques est, en soi, un gage de progrès de l' émancipation des êtres humains.
    Qu'il suffit d' augmenter les moyens et les compétences techniques de la population, par exemple "former" tout le monde à l'usage des "nouveaux outils", dans une course accélérée après les "innovations", pour que, grâce à cette croissance du savoir "utiliser , le pouvoir ( l' "empowerment" ) des personnes sur leur propre vie soit automatiquement augmenté.


- Ma position : la question n'est pas résolue et sa "résolution" dépend d'un CHOIX "éthico-politique" que nous faisons nous-mêmes en tant que personne :
- JE choisis de chercher à utiliser les MOYENS des "TIC" ou tout MOYEN ( "outil" ) "NBIC" ou autre ( Le "feu", l' "énergie";les "ressources" de l'univers ... ) , préférentiellement pour augmenter l' Égale Liberté de toute "personne" ( dans l' Univers ) qui voudrait , comme moi, travailler à un tel Idéal commun inscriptible progressivement dans le Réel ( "réalisable" dans l' l' espace-temps universel : les "prévisions scientifiques actuelles, donnent quelques milliards d'années encore à notre système solaire et discutent beaucoup pour savoir s'il y a ou non un "horizon temporel fini" à l' "avenir" ... , car bien sûr, notre représentation de l' "espace-temps" peut changer beaucoup plus vite .... que l' espace-temps global "lui-même" )

- Quant à VouS?, cher lecteur, c'est VousQuiVoyez? ....


Je relance la question, parce que de nombreux formateurs impliqués dans la formation aux "TIC" ou à leurs usages sociaux, sont forcément confrontés à ce type de question lorsqu'ils sont amenés à proposer à leur "public" de "maîtriser un certain nombre d'"OUTILS" proposés par le marché et dont ils sont appelés à promouvoir les "vertus" ...

La question est évidemment COMPLEXE, mais dire qu'elle est "complexe" ne devrait pas être une façon commode de s'en débarrasser ...
Et dire qu'il est nécessaire de la poser, n'est pas dire non plus que les "réponses" vont être univoques : au contraire, elles devraient servir de révélateur des DIVERGENCES des Valeurs, Idéaux et Projets des personnes ou des collectifs ( des associations, institutions, entreprises , organismes ... ) qui proposent des chemins pour "répondre" à cette question.
Mais c'est la mise au clair de ces DIVERGENCES et CONFLITS IDÉOLOGIQUES, que certains veulent faire semblant d' effacer derrière une gentille convivialité où les agents du capitalisme managérial ultra-libéral participent aux mêmes "barcamp" et autres réjouissances que les geek néo-écolo-gaucho-libertaires ...

Question légitime du lecteur : et tes finalités "éthico-politiques" à toi, quelles sont-elles ?


Réponse : J' ai depuis de nombreuses années formulé pour moi-même le "principe" fondamental de ma propre "philosophie politique", dans la formule résumée :

- "Égale Liberté, Libre Égalité" ( EgaleLiberteLibreEgalite ) :

- La première partie "Égale Liberté" est proche du "Premier principe de justice" de John Rawls et de la Proposition d' "EGALIBERTE" étudiée par Etienne Balibar.
( C'est aussi approximativement, la "définition" de la liberté donnée dans l' Article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de1789 )
Mais peut parfaitement devenir beaucoup plus "exigeant" en matière d' "Egalité des possibilités réelles de Liberté individuelle" que ne l'est le Premier Principe de Justice de Rawls,
à CONDITION que cette Égalité plus exigeante ( que le noyau de libertés fondamentales de base ) soit LIBREMENT voulue et acceptée par les personnes concernées :

- D'où la deuxième partie de la formule : "Libre Égalité" :

La "liberté" nécessaire pour choisir l' "Egalité" ( ou choisir l' Inégalité de la Liberté , ou se refuser à choisir ), est très proche de ce que certains philosophes ont appelé la "liberté naturelle" des êtres humains, un ensemble de capacités cognitives dont disposent tous les êtres humains, pour faire des "choix réfléchis" en général. Une forme de "liberté" qui est aussi présupposée chez tous les humains pour qu'ils puissent être considérés comme "responsables" dans un système de Droit.
Mais qui en tant que telle ne préjuge pas du choix effectif que feront ou non ces humains de se considérer les uns les autres comme ÉGAUX ou non devant ce "Droit".


la "communauté égalitaire" dont il s'agit est celle des "Personnes Libres et Égales" qui acceptent librement - par leur propre volonté sans contrainte - de former les unes avec les autres un tel "contrat commun" d' Égale Liberté et de Libre Égalité.

Une personne quelconque ( L' "être humain" dont parlent les Droits de l' homme ) , ne peut donc "bénéficier" des possibilités nouvelles résultant notamment d'une "Égale Liberté" effectivement renforcée, que pour autant qu' elle est LIBREMENT d'accord avec le fait que tous les membres de cette "communauté virtuelle des Personnes Libres et Égales" ont droit à la même liberté que celle qu' elle souhaite obtenir pour elle-même.
Et donc à des libertés partielles équivalentes et des ressources partielles équivalentes nécessaires à l'usage actuel ou futur de ces libertés ( libertés formelles et libertés réelles ).

Ce Nouveau Contrat Social , s'il s' adresse potentiellement à "tous les êtres humains" ( et à tout autre organisme ou système vivant qui se montrerait capable d'en comprendre les enjeux ... ), ne peut "obliger" et encore moins "contraindre" quiconque contre sa propre libre volonté à adopter ce Contrat, par la définition même de la LIBERTE personnelle qu'il pose axiomatiquement ( et qui ne vaut donc précisément que pour les personnes qui font effectivement ce libre choix ) .

C'est chaque personne humaine donc qui porte la responsabilité, si elle choisit librement de la prendre, de CHOISIR pour elle-même, de faire partie, plus ou moins, d'un tel "Nouveau Contrat Social" et donc des modes d' association qui s'y réfèreront. ( ou à une formulation équivalente ).

Le "plus ou moins" d'une telle "appartenance" est précisément directement lié à la reconnaissance "plus ou moins" forte ( "formelle", "déclarative", "réelle", etc. ) par cette personne, de l' Égale Liberté Libre Égalité des autres.

Aucune Personne ne peut légitimement attendre des autres personnes ( dans ce Nouveau Contrat Social ) , PLUS, en termes d' Égale Liberté Libre Égalité que ce qu'elle est elle-même prête à garantir à ces autres.
Il y a donc toute un gradient possible d' "appartenance" choisi par la personne elle-même, dans la mesure où elle choisit d' entrer "plus ou moins" dans ce Nouveau Contrat Social.
Quant à la nature et à la force de la "garantie" ou de la "sécurité" collective en question pour une personne donnée : elle dépend précisément de ce que la personne accepte elle-même de "garantir" à d'autres ... en échange réciproque de "liberté équivalente".






Un exemple relativement connu de ces questions critiques ayant fait l' objet de controverses :

Les "réseaux sociaux" comme "Facebook" ou "Google +" , etc., sont-ils "éthiquement" ou "politiquement" équivalents ?
On connaît la préférence de certains penseurs critiques des TIC comme Bernard Stiegler pour Google au détriment de Facebook .

Une autre polémique depuis longtemps connue est celle entre les "logiciels libres" ( avec toute la gamme des nuances de la notion de "libre" en cette matière ) et les logiciels "propriétaires".

Certes, on peut imaginer que certains des créateurs, acteurs et initiateurs de certains "outils" caractéristiques ( Y compris le "Web" ou "Internet" dans leur généralité ! ) , avaient aussi une "philosophie", une "idéologie", et des idéaux politiques ou éthiques qui n' étaient pas entièrement étrangers aux spécifications souhaitées des OUTILS qu'ils étaient en train de créer.

Actuellement, la généralisation des "MOOC" , sous diverses formes, pose bien sûr la question : Tous ces utilisateurs propagateurs, notamment institutionnels ou marchands du concept de "MOOC" et des enjeux technologiques et économiques qui vont avec, sont-ils "fidèles" aussi aux "intentions" philosophique éducatives des créateurs comme Dave Cormier ? Ou, pour certains de ces "propagateurs" de MOOC, n'ont-ils pas des objectifs et des finalités totalement étrangères voire antagoniques avec celles des initiateurs ? Évidemment la question n' est pas nouvelle !
Les "inventeurs" de la roue ou de l' agriculture, ou de l' écriture etc. ont mis au point leurs premiers "outils" du genre en liaison avec certains usages et finalités.

C'est le propre même d'une TECHNIQUE, d'un "OUTIL" , "INSTRUMENT", ou "MOYEN", d'être fonctionnellement détachable des "FINALITES" auxquelles il peut servir.
Il est donc particulièrement intéressant d' étudier la manière dont ce lien se fait et se défait entre la "FIN" et les "MOYENS", et les conséquences que nous pourrions en tirer si nous voulons que CERTAINS OUTILS ne puissent plus servir à n'importe quelle "FIN" .



Plus précisément, c'est à l'occasion de la lecture d'un diaporama de Jacques Dubois à l'occasion de l' ouverture de la Saison 2


Jacques Dubois : ( http://fr.slideshare.net/duboisj/accompagnement-itypa-prsentation-27067491 )

"J'apprécie la notion d'objectifs éthiques. Maintenant, comment développer l'esprit critique 'dans le bon sens' sans entamer la liberté d'autrui ?
Je ne sais pas comment y répondre aujourd'hui, mais ta question m'interpelle et m'intéresse. J'espère cheminer petit à petit et avancer vers une réponse à ce questionnement."
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]