WikITyPA : un wiki ITyPAien

Vous êtes ici -> EgaleLiberteLibreEgalite
PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 54.80.140.5
SOMMAIRE
INSCRIPTION WIKI

ItyPA3 :

Octobre 2014

SITE OFFICIEL :

ITyPA Saison 3


MoocITyPA ?


GroupeCOCOO


CollegeNumerique


EcoleDynamique


EcoLearning


PedagogieActive


SmoocPasAPas


TransiMOOC


Idec2005 EuDEC


TicMOOC 2014


MoocAECM


MoocAZ


ClomREL2014


SocieteContributive


RapportCnNum2014



Répertoire d' OUTILS 2.0

CapITyPA Saison 1


ItypaD
CmoocItypa
PearltreesItypa
ItypaSeancesVideos
TableauGoogleDocs
VideosHangOutRudulier
QuestionnaireCompetences
PageFacebook
ItypaCapitalisation
ApresITyPA
DomaineMoocFr


OutilsLogiciels

MoocGdP


MoocReSOP


ApprenanceHumaniste


OpenSim



GLOSSAIRE Mots barbares :
Accès glossaire original
(Achevé 21/12/12)
LES MOTS BARBARES
( GOOGLE DOCS)
Devenu CapITyPA

Agrégateur de Flux
A.P.I
Apprenant
Apprenaute
ATOM

...

Compétence

...


EgaleLiberte EgaLiberte LibreEgalite MeMe? EtienneBaliBar ElleEtNous? NouS EquaLiberty NouveauContratSocial?

Principe d' Égale Liberté et de Libre Égalité


Principe que j' énonce et auquel j' adhère personnellement librement ... dans la mesure même où j'essaye aussi de le formuler explicitement.
( Voir aussi MindMup? : http://www.mindmup.com/#m:a1c3eddaf035e40131944f76edfeb64581 )

J' ai depuis de nombreuses années formulé pour moi-même le "principe" fondamental de ma propre "philosophie politique", dans la formule résumée :

"Égale Liberté, Libre Égalité"
( ce qui peut encore se raccourcir dans l' acronyme "ELLE" , à condition de se rappeler ce qu' "ELLE" veut dire : faut-il que je le RAPP-ELLE ? )

- La première partie "Égale Liberté" est proche du "Premier principe de justice" de John Rawls ou encore de l' "EgaLiberte" étudiée par Etienne Balibar, mais peut parfaitement devenir beaucoup plus "exigeant" en matière d' "Égalité des possibilités réelles ( "capabilités" ) de Liberté individuelle" ... ( Par exemple chez Amartya Sen ou d'autres ) que ce qui est énoncé sous forme de "libertés formelles"
à CONDITION que cette ÉGALITE plus exigeante soit LIBREMENT voulue et acceptée par les personnes concernées .

- D'où la deuxième partie de la formule : "Libre Égalité" :
La "communauté égalitaire" dont il s'agit est celle des "Personnes Libres et Égales" qui acceptent librement - par leur propre volonté sans contrainte - de former les unes avec les autres un tel "contrat commun" d' Égale Liberté et de Libre Égalité.
C'est à dire que cette Egalité ne résulte ni d'une contrainte étatique souveraine, ni de la pression socio-culturelle, ni de conditions économiques qui imposeraient une forme d' "égalité", ni d' une "obligation transcendante", "divine" ou "naturelle" à se considérer comme des égaux sous le prétexte d' "appartenance" de fait à une même "catégorie" d' êtres ( comme l' appartenance comme individus biologiques à l' espèce homo sapiens ), ni parce que la "Déclaration Universelle des Droits de l' Homme" les y obligerait juridiquement.
Cette forme d' Egalité dite "Libre Egalité" est voulue, décidée, choisie par les personnes individuelles qui se reconnaissent ainsi mutuellement une MEME Liberté personnelle radicale, qu' elles se chargent donc de penser et de construire "ensemble".
Chaque personne humaine peut donc librement choisir d'entrer ou non dans ce nouveau "contrat", ou d'y entrer "plus ou moins", si elle arrive à s' entendre avec d'autres personnes sur un contrat de "gradualité" ... qui n' engage donc pas plus les autres envers elle qu' elle n' accepte de s'engager par rapport à eux. Ce nouveau lien contractuel, fort ou faible suivant la décision évolutive des personnes, conserve cependant par définition l' aspect SYMETRIQUE, égalitaire du contrat :
Aucune personne contractante ne peut légitimement "attendre" ( au nom de ce contrat ) plus de "liberté" ou de droits "garantis" par les autres qu' elle n'est elle-même prête à garantir collectivement aux autres ...
La volonté de s' exempter de cette symétrie signifie s' exempter du contrat lui-même et donc renoncer aux "biens" spécifiques que l'on en attendait. Et cette personne se retrouve, sous cet aspect, avec toutes les autres plus anciennes formes de "contrat social" ... ou d' absence de contrat ...

Une personne quelconque ( L' "être humain" dont parlent les Droits de l' homme ) , ne peut donc "bénéficier" des possibilités nouvelles résultant notamment d'une "Égale Liberté" effectivement renforcée, que pour autant qu' elle est LIBREMENT d'accord avec le fait que tous les membres de cette "communauté virtuelle des Personnes Libres et Égales" ont droit à la même liberté et donc à des libertés partielles équivalentes et des ressources partielles équivalentes nécessaires à l'usage de ces libertés, que celles qu' elle souhaite obtenir pour elle-même.

Ce Nouveau Contrat Social , s'il s' adresse potentiellement à "tous les êtres humains" ( et à tout autre organisme qui se montrerait capable d'en comprendre les enjeux ... ), ne peut "obliger" et encore moins "contraindre" quiconque , par la définition même de la LIBERTE personnelle qu'il pose axiomatiquement ( et qui ne vaut donc précisément que pour les personnes qui font effectivement ce choix ) .
C'est chaque personne humaine donc qui porte la responsabilité, si elle choisit librement de la prendre, de CHOISIR pour elle-même, de faire partie, plus ou moins, d'un tel "Nouveau Contrat Social" .
Le "plus ou moins" d'une telle "appartenance" est précisément directement lié à la reconnaissance "plus ou moins" forte par cette personne, de l' Égale Liberté Libre Égalité des autres.

Aucune Personne ne peut légitimement attendre des autres personnes ( dans ce Nouveau Contrat Social ) , PLUS, en termes d' Égale Liberté Libre Égalité que ce qu'elle est elle-même prête à garantir à ces autres.
Il y a donc toute un gradient possible d' "appartenance" choisi par la personne elle-même, dans la mesure où elle choisit d' entrer "plus ou moins" dans ce Nouveau Contrat Social.
Quant à la nature et à la force de la "garantie" ou de la "sécurité" collective en question pour une personne donnée : elle dépend précisément de ce que la personne accepte elle-même de "garantir" à d'autres ... en échange réciproque de "liberté équivalente".

L' extension libre de l' adhésion personnelle à ce PRINCIPE, pose comme postulat que sa réalisation progressive, pour ces personnes, ne passe pas par la construction d'une "volonté générale" dans une communauté territoriale ou historique préalablement définie ( du genre Etat-Nation par exemple ), donc par la conquête du "pouvoir" par une politique "partisane" . Par définition, il doit être possible, pour de telles personnes, de mettre en commun, librement leur volonté d' adhérer à un tel principe, auquel rien ni personne d'autre qu'elles-mêmes ne les convie.
Évidemment certaines conditions politiques, économiques ou socio-culturelles peuvent favoriser l' émergence de telles "affinités ELLEctives" .
Mais comme sécurité juridique nécessaire pour commencer à travailler réellement dans ce sens, rien d'autre n'est requis que l' habituelle "liberté d' expression" et le droit ordinaire d' "association".

La première question "pratique" qui se pose à VOUS donc, si VOUS êtes vous-mêmes librement en accord avec un tel "idéal contractuel" d' Égale Liberté Libre Égalité", est de savoir si vous voulez aussi le faire savoir à d'autres ... qui eux-mêmes ...
Mais c'est précisément "VOUS qui voyez" le mieux si vous voulez et comment vous voulez faire "connaître" à d'autres une telle "adhésion" de principe : vous êtes libres de proposer et les autres de disposer , comme j' ai librement énoncé moi-même ce principe ... et que VOUS disposez de votre propre libre arbitre critique pour en juger ...

Quant aux "moyens" d'expression et de communication pour le faire : puisque VOUS êtes sur Internet, et encore plus ici, dans les alentours d' "ITYPA", "Internet Tout Y est Pour Apprendre" et donc pour VOUS exprimer.



LentGage? :


Comment La PELLE ( " à l' art " ) s' Y APPELLE .

Principe dont la réversibilité formELLE interne insiste tout particulièrement sur le noeud qui NouS noue :
"Notre Liberté" est constitutive de "Notre Égalité" et réciproquement.
Personne ne peut donc être "forcé à être libre" de cette EgaleLiberte là :
Différence capitale avec l' unilatéralité de la fameuse formule rousseauiste du Contrat Social , qui pourtant par ailleurs constitue un "moment" historique capital de sa formulation.

Aucune " VolonteGenerale? " ne saurait donc se substituer à la généralité auto-définie ( en et par chaque personne qui librement s'en réclame ) de l' Égale Liberté Libre Égalité des "Personnes Souveraines, Libres et Égales".

L' acronyme "ELLE" en montre l' équivalence dans l' expression "ELLE-MEME" et le jeu de lettres et de l' être qui s'y repense.



Car "E" et "L" peuvent aussi ( si VouS? en décidez ainsi ), désigner l' "Esprit" et la "Lettre" :
En "ELLE" donc, l' Esprit de la Lettre se connecte ( indice - soluble - ment ) à la Lettre de l 'Esprit
Et le "MEdium ... MEssage , et le MEssage MEdium , MeMe?"

Les jeux de mots y sont des JE d' esprit , dans l' aise prise.
Mais toute aise ... passe . Tant qu' à la faim ... ELLE se casse ( La cruche : "Allo ... " )
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]